Litanies mortifères

Chaque jour, radios et télévisions déversent des tombereaux de morts sur nos journées. Celles des migrant.es sont normalisées, alors que celles des « ordinaires » suscitent la colère. Ne laissons pas s’installer cette logique et refusons que le proche et le connu soient un critère de discrimination.

Rose-Marie Lagrave  • 12 juillet 2023
Partager :
Litanies mortifères
Un sauvetage de personne exilées en mer par SOS Méditerranée, en 2018.
© Anthony Jean / SOS MEDITERRANEE.

Dès potron-minet, radios et journaux déversent des tombereaux de morts sur nos journées. D’un côté, les décès ordinaires auxquels on s’attend et qui alimentent les faits divers (les tué·es de la route, les assassinées conjugales, les fins de vie devenues nécrologies) ; de l’autre, des cohortes de morts dont les chiffres monstrueux disent l’invraisemblable. De jour en jour, de mois en mois, l’invraisemblable est devenu ordinaire, et l’ordinaire invraisemblable.

Comment ne pas s’habituer à ces litanies et ne pas en rester à l’indignation ?

Les mort·es en Méditerranée ou dans la Manche sont normalisé·es en statistiques attestant de nouveaux records, d’une élévation de la courbe, d’un bilan qui ne cesse de s’alourdir. Les migrant·es envoyé·es à la mort ne sont pas individualisé·es mais forment une masse informe, corps collés les uns aux autres, ballottés et jetés sur la plage. Inscrit·es dans une filiation, une fratrie, une maisonnée, ils et elles échouent sur nos côtes, anonymes, les yeux encore ouverts sur un horizon espéré, falsifié, puis volé. À la merci d’hommes de main s’enrichissant du trafic d’êtres humains, ces migrant·es téméraires jouent leur va-tout, parce qu’ils et elles n’ont plus rien à perdre, sinon leur vie. Ces mort·es en sursis n’iront pas en enfer, car ils et elles l’ont déjà traversé. Pour eux et elles, la consigne de Dante est nulle et non avenue, puisque toute espérance les avait déjà quitté·es au moment où lâchaient les amarres.

L’écoute de cet égrenage quotidien induit une pétrification du cœur et de l’esprit à l’égard de ces mort·es lointain·es qui, certes, échouent sur nos rivages, mais dont on renvoie bien vite la responsabilité aux instances internationales, aux ONG, en se dédouanant individuellement par l’intermédiaire de dons et de manifestations. Comment ne pas s’habituer à ces litanies et ne pas en rester à l’indignation ?

Sur le même sujet : Ocean Viking : sur le pont pour sauver des vies

À l’inverse de cette distanciation pétrifiée, les mort·es ordinaires viennent crier sous nos fenêtres. Féminicides, personnes âgées victimes de la canicule ou du covid, racisé·es roué·es de coups par les forces de police : ces drames de proximité, eux, suscitent la colère. Devenus quotidiens pareillement aux morts exotiques, ils deviennent à leur tour invraisemblables tant on les croyait éradiqués par ces empilements de politiques publiques censées y mettre un terme. Le meurtre de Nahel à Nanterre s’inscrit dans une généalogie de crimes similaires et rappelle l’absence de considération et de justice à l’égard des jeunes racisé·es vivant dans des banlieues paupérisées. De faits divers ils deviennent scandales, passant du toléré à l’intolérable.

Selon un axe allant du proche au lointain, les mort·es acquièrent ou non un visage et une dignité, font l’objet d’indifférence ou d’indignation, et selon un principe de proximité stipulant qu’un·e migrant·e ukrainien·ne a la priorité sur un·e Afghan·e, les migrations sont plus ou moins tolérées. À la veille des débats sur une énième loi sur les migrations, ne laissons pas s’installer cette logique du fatalisme, et refusons que le proche et le connu soient un critère de discrimination entre les mort·es et entre les migrant·es encore vivant·es. 

Recevez Politis chez vous chaque semaine !
Abonnez-vous
Idées
Temps de lecture : 3 minutes
Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

« Le RN prospère sur la crise d’identité nationale qui frappe la France depuis 40 ans »
Entretien 16 juillet 2024 abonné·es

« Le RN prospère sur la crise d’identité nationale qui frappe la France depuis 40 ans »

La Ve République est tombée dans une impasse politique. Gilles Richard, historien des droites du XXe siècle, esquisse la possibilité d’un rapprochement entre les droites néolibérales et européistes au Parlement. Et redoute qu’Emmanuel Macron n’active l’article 16 de la Constitution.
Par Tristan Dereuddre
Contre la haine en cravate
Histoire 16 juillet 2024 abonné·es

Contre la haine en cravate

L’actualité française et internationale nous rappelle tout l’intérêt de l’enquête de l’historien Mark Bray sur l’antifascisme de 1945 jusqu’à nos jours, des deux côtés de l’Atlantique.
Par Olivier Doubre
Le pluralisme des médias, cible de l’extrême droite
Médias 11 juillet 2024

Le pluralisme des médias, cible de l’extrême droite

Spécialiste en sciences de la communication, François Jost montre le danger pour la démocratie de la concentration des médias entre des grands groupes privés. Et dénonce comment les médias Bolloré contournent leur obligation légale de pluralisme des opinions.
Par Olivier Doubre
Laissez les personnes non-blanches faire de la politique !
Chronique 11 juillet 2024

Laissez les personnes non-blanches faire de la politique !

Kaoutar Harchi souligne la place centrale des militants des quartiers populaires au sein de la gauche, dont certains ont pu accéder aux bancs de l’Assemblée nationale. Et qui laissent espérer pour ce pays un autre avenir que celui qui semblait, le 7 juillet, scellé.
Par Kaoutar Harchi