The Pretenders, un spleen électrique

Avec « Relentless », les Pretenders continuent de défendre une vision d’un rock puissant et sensible, aux compositions ciselées.

Jacques Vincent  • 11 octobre 2023 abonné·es
The Pretenders, un spleen électrique
un disque de rock comme on n’en fait plus guère, porté par les guitares et la voix de Chrissie Hynde comme au premier jour.
© Ki Price

Rarement entrée en scène a été aussi réussie que celle des Pretenders quand, à l’aube de 1979, les derniers échos de la fête punk tout juste tus, ils sont arrivés avec cette reprise d’un titre des Kinks, « Stop Your Sobbing ». Une façon magistrale d’afficher classe, élégance et bon goût, confirmée par les photos du quartet mené par une certaine Chrissie Hynde, tignasse de jais et perfecto rouge.

On n’a jamais oublié cette entrée en matière et on a suivi le groupe longtemps, au rythme des nombreux hits et d’albums tout aussi réussis. Au rythme aussi des drames qui l’ont touché avec les décès successifs du bassiste Pete Farndon et du guitariste James Honeyman-Scott. Drames qui ont logiquement eu comme conséquence de voir différentes versions du groupe se succéder, Chrissie Hynde restant aux commandes avec le batteur Martin Chambers comme complice de toujours, si l’on excepte une courte parenthèse entre 1987 et 1995. Mais c’est sans doute l’arrivée, en 2008, du guitariste

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Musique
Temps de lecture : 3 minutes