Avis de tempête chez Forum réfugiés

La quasi-totalité des salariés de deux services de l’association ont cessé le travail. En cause : une grave détérioration de leurs conditions de travail, et un « acharnement » de la direction. L’inspection du travail est saisie de l’affaire.

Chloé Dubois (collectif Focus)  • 4 décembre 2023 abonné·es
Avis de tempête chez Forum réfugiés
© Marione Lozano / Unsplash.

« Un service qui s’effondre totalement repêché par la direction, je l’avais déjà vu. Mais un service qui s’effondre, et la direction qui lui appuie sur la tête, ça, c’est la première fois. » Mikis Charalambos, délégué syndical CGT au sein de l’association Forum réfugiés (1) est encore abasourdi par l’enchaînement des événements. En l’espace de trois mois, la quasi-totalité des effectifs de deux équipes ont cessé le travail. Celle du Centre provisoire d’hébergement (CPH) - qui opère sur les hauteurs de Vaulx-en-Velin et à Lyon 8e -, et celle du Centre d’accueil pour les demandeurs d’asile (Cada), qui partage ses bâtiments avec le CPH du Vaulx-en-Velin.

Sur la petite vingtaine de personnes en poste en juin 2023, quand tout a commencé, il n’en resterait que deux, peut-être trois, estime le délégué syndical. Des départs qui peinent, par ailleurs, à être remplacés. Cette crise interne n’est pas une première à Forum réfugiés, connue pour vivre d’importants turnovers, et déjà épinglés pour des faits de harcèlement moral et de management brutal.

Des salariés en souffrance

En juin dernier, onze salariés du CPH écrivent une lettre à la direction des ressources humaines pour alerter sur la dégradation de leurs conditions de travail et sur les difficultés persistantes avec leur cheffe de service : décisions prises sans concertations, injonctions contradictoires et problèmes de communication. Dans le courrier, l’équipe dit constater « des risques psychosociaux » (épuisement, troubles du sommeil, anxiété…) qui impactent leur travail et leur santé. Ce qu’ils sollicitent, c’est la mise en place d’une médiation, pour « améliorer l’organisation du service » et « retrouver des conditions de travail et de communication saine et constructive avec notre cheffe de service » car

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Travail
Temps de lecture : 10 minutes

Pour aller plus loin…

Main dans la main, le gouvernement et la FNSEA tapent encore sur les plus précaires
Agriculture 23 février 2024

Main dans la main, le gouvernement et la FNSEA tapent encore sur les plus précaires

À la veille du Salon de l’agriculture, le gouvernement a fait de nouvelles annonces pour calmer la colère des agriculteurs. Une nouvelle fois, les salariés agricoles en sont les grands absents. Pire, ils sont la principale cible.
Par Pierre Jequier-Zalc
Ce boulanger syndicaliste qui dérange
Reportage 21 février 2024 abonné·es

Ce boulanger syndicaliste qui dérange

Christian Porta, délégué syndical CGT de Neuhauser, une boulangerie industrielle, est menacé de licenciement pour harcèlement moral envers… sa direction. En une dizaine d’années, lui et son syndicat ont obtenu de nombreux acquis sociaux.
Par Pierre Jequier-Zalc
« Emmanuel Macron défend les intérêts des plateformes contre ceux des travailleurs »
Entretien 20 février 2024

« Emmanuel Macron défend les intérêts des plateformes contre ceux des travailleurs »

Alors que le Parlement européen, la Commission européenne et le Conseil de l’Europe s’étaient mis d’accord pour instaurer une présomption de salariat pour les travailleurs des plateformes, Emmanuel Macron a réussi à faire échouer le projet de directive. Entretien avec Leïla Chaibi, députée européenne LFI.
Par Lucas Sarafian
Catherine Vautrin, ministre de la Santé et (pas vraiment) du Travail
Travail 16 février 2024

Catherine Vautrin, ministre de la Santé et (pas vraiment) du Travail

Depuis son arrivée à la tête d’un « superministère » regroupant le Travail, la Santé et les Solidarités, Catherine Vautrin ne s’est que très peu exprimée sur le sujet du travail, abandonnant des agents du ministère inquiets et laissant les politiques libérales être décidées à Matignon.
Par Pierre Jequier-Zalc