Aya Nakamura est la France

La chanteuse française la plus connue à l’international, pressentie pour interpréter Piaf aux Jeux olympiques et paralympiques, suscite les réactions les plus nauséabondes de l’extrême droite. Elle est pourtant l’artiste la mieux placée pour représenter les couleurs du pays.

Maxime Sirvins  • 11 mars 2024
Partager :
Aya Nakamura est la France
La chanteuse française Aya Danioko, alias Aya Nakamura, lors d'une séance photo le 19 novembre 2020 à Paris.
© Joël Saget / AFP

Les racistes sont de sortie. Encore une fois. « Y a pas moyen Aya ici c’est Paris pas le marché de Bamako. » Le 9 mars, le groupe Les Natifs a publié, sur ses réseaux, une photo de neuf membres (en ont-ils plus ?) brandissant une banderole raciste contre la chanteuse Aya Nakamura. L’affaire part d’une simple rumeur. Selon L’Express, Emmanuel Macron l’aurait sollicitée en février pour une éventuelle participation à la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques et paralympiques de Paris. Le média ajoute qu’il s’agirait pour la chanteuse de reprendre le répertoire d’Édith Piaf.

Il n’en fallait pas plus pour exciter la petite fachosphère. « Africaniser nos chansons populaires et évincer le peuple de souche au profit de l’immigration extra-européenne », se plaignent alors Les Natifs. Ce petit groupe parisien, né en 2021, est une refonte de Génération identitaire, dissout la même année « pour son racisme et ses liens avec des groupuscules radicaux (par exemple des skinheads nazis) », comme l’explique StreetPress.

En décembre 2023, ils ont organisé un rassemblement en hommage au jeune Thomas, tué lors d’un bal à Crépol. D’après des images, les militants sont rapidement accusés d’effectuer des saluts nazis et saluts de Kühnen – une variante à trois doigts du salut hitlérien. Même Gérald Darmanin s’était dit « scandalisé ». Tout ça en dit long sur ceux qui insultent la chanteuse française.

« Bande de chiens »

C’est sur Twitter qu’Aya Nakamura leur a répondu. « Vous pouvez être raciste, mais pas sourd. C’est ça qui vous fait mal ! Je deviens un sujet d’état numéro un en débats etc. mais je vous dois quoi en vrai ? Kedal ! » « Bah tes papiers déjà », répond un journaliste du média d’extrême droite Boulevard Voltaire. Un message raciste validé par un autre journaliste de Livre noir, média d’extrême droite. Le français approximatif de la chanteuse n’a pas tardé à faire réagir les fachos adeptes de mépris de classe. « Sa fé réfléchir… », a ainsi répondu Éric Zemmour avec une bassesse répugnante.

Dans l’émission « TPMP » (coucou Bolloré), animé par Cyril Hanouna, Verlaine Djeni lance : « Vous voyez le racisme partout, c’est désopilant. » Un passage qui a fait vivement réagir la chanteuse. « Tu te prends pour qui a ramené un renoie (un noir) pour me représenter ?! » Il faut dire que Verlaine Djeni n’est pas n’importe qui. Début 2022, Mediapart dévoilait comment le blogueur du site Boulevard Voltaire avait mis en relation Marine Le Pen et Rachel Khan.

Ils prétendent aimer leur pays, mais ils veulent en exclure la chanteuse francophone la plus écoutée dans le monde.

A. Léaument

Les soutiens se sont aussi fait entendre, en masse. « Vous lynchez la plus grosse artiste du pays avec des arguments de CM1… […] Bande de chien», a répondu l’artiste Dadju, qui comptabilise plus de sept millions d’auditeurs par mois sur la plateforme musicale Spotify. Du côté du gouvernement, c’est la ministre des Sports et des Jeux olympiques et paralympiques, Amélie Oudéa-Castéra, qui a apporté son soutien à la chanteuse. « Peu importe comme on vous aime, chère Aya Nakamura, foutez-vous du monde entier 🎵😉Avec vous 💜💪. » Le député LFI Antoine Léaument a aussi pris parti pour l’artiste. « Ils prétendent aimer leur pays, mais ils veulent en exclure la chanteuse francophone la plus écoutée dans le monde depuis Édith Piaf. On ne peut pas être raciste et patriote en France. »

La Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT (Dilcrah) s’est elle aussi exprimée en défense d’Aya Nakamura, « victime du racisme du collectif d’extrême droite Les Natifs, et depuis plusieurs jours d’une ignoble vague de haine en ligne ». L’organisme affirme avoir fait un signalement à Pharos, la plateforme du gouvernement pour dénoncer des contenus en ligne illicites. « Le racisme n’est pas une opinion, mais un délit ! »

Mieux que Mozart

« Les bébés détectent la beauté. Ils détectent cette beauté. Ils ne votent pas pour le rap, ni pour la lambada, ni pour Aya Nakamura : ils votent Mozart à 91 % ! », s’est exclamé Éric Zemmour, le 10 mars au Palais des sports à Paris. N’en déplaise au multicondamné pour « provocation à la haine », Aya Nakamura a été la chanteuse française la plus écoutée en 2023. Sur Spotify, elle dépasse même Mozart avec 8,5 millions d’auditeurs mensuels. L’année dernière, deux des trois musiques françaises les plus écoutées dans le monde, toujours sur Spotify, faisaient partie de son répertoire : « Djadja » et « Copines ».

Aya, un choix évident pour la céremonie d’ouverture.

Son score représente aussi 5 millions de plus que celui d’Édith Piaf, artiste française la plus connue à l’étranger dans les années 1950. Celle qui pourrait être la plus facilement comparée à « La Môme » pour son succès cumule aujourd’hui plus de six milliards d’écoutes entre YouTube et Spotify. Preuve de cette renommée internationale acquise en six ans, Madonna dansait avec sa troupe en 2019 sur « Djadja », tube de la Franco-Malienne visionné un milliard de fois sur YouTube.

Effet boomerang, cette haine contre Aya Nakamura aura permis de mieux découvrir l’artiste et des morceaux, comme « Soldat » ou « Fin ». Avec ses mélodies écoutées par des millions de gens, l’artiste est mieux placée que n’importe qui pour représenter la France, un choix évident pour la cérémonie d’ouverte des JOP. Aya est la France. La France est Aya.

Recevez Politis chez vous chaque semaine !
Abonnez-vous
Publié dans
Parti pris

L’actualité vous fait parfois enrager ? Nous aussi. Ce parti pris de la rédaction délaisse la neutralité journalistique pour le vitriol. Et parfois pour l’éloge et l’espoir. C’est juste plus rare.

Temps de lecture : 5 minutes
Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Violences sexistes et sexuelles : entendons-les !
Parti pris 15 mai 2024

Violences sexistes et sexuelles : entendons-les !

Alors que la question des violences sexistes et sexuelles a resurgi dans le débat public après les prises de parole de Judith Godrèche et l’appel à témoignages qu’elle a lancé, Politis a choisi, dans un numéro spécial, de s’intéresser à la réception de la parole des victimes et notamment de celles qui sont constamment invisibilisées.
Par Hugo Boursier
Mollahs acculés, tactique éculée
Parti pris 30 avril 2024

Mollahs acculés, tactique éculée

Après la révolte populaire de septembre 2022, le régime iranien a d’abord courbé la tête, puis vite repris du poil de la bête, en réprimant férocement ses opposants. Il s’attelle aujourd’hui à restaurer la clé de voûte de son projet de société : s’attaquer à la liberté des femmes.
Par Patrick Piro
L’austérité qui vient
Parti pris 24 avril 2024

L’austérité qui vient

Le débat sur la politique économique du gouvernement s’annonce comme un théâtre d’ombres, avec un Parlement privé de vote. Une situation condamnable quand on sait ce que Macron a prévu pour ses trois dernières années à la tête du pays.
Par Michel Soudais
Européennes : à gauche, deux salles, deux ambiances
Parti pris 17 avril 2024

Européennes : à gauche, deux salles, deux ambiances

Et revoilà le vieux refrain des gauches irréconciliables. D’un côté, un candidat de compromis qui réactive le logiciel social-démocrate. De l’autre, la rupture brandie comme moteur de la gauche. Les vieux réflexes hégémoniques menacent une possible réconciliation après les élections.
Par Lucas Sarafian