Des collaborateurs du groupe Écologiste demandent une sanction contre Julien Bayou

Dans une lettre ouverte adressée au groupe Écologiste de l’Assemblée nationale, 21 collaboratrices et collaborateurs parlementaires ne se satisfont pas de la mise en retrait du député visée par une plainte d’Anaïs Leleux, militante féministe et ex-compagne.

Collectif  • 8 mars 2024
Partager :
Des collaborateurs du groupe Écologiste demandent une sanction contre Julien Bayou
Julien Bayou, député de Paris est membre du groupe Écologiste - NUPES
© Bertrand Guay / AFP

Nous avons choisi de travailler pour le groupe Écologiste à l’Assemblée nationale parce que nous défendons les valeurs de l’écologie politique, de la gauche et aussi celle du féminisme. La présence en son sein de Julien Bayou, à l’encontre duquel a été déposée une plainte pour harcèlement moral et abus frauduleux de l’état de faiblesse par Anaïs Leleux, et contre qui plusieurs femmes ont témoigné par voie de presse, est contraire à ces valeurs.

Le groupe ne peut dénoncer un système d’oppression fondé sur la silenciation permanente des femmes victimes de violences s’il reproduit exactement les mêmes schémas. Pas plus qu’il ne peut décider de s’en remettre uniquement à la justice lorsqu’on connaît son incapacité structurelle à condamner les violences faites aux femmes comme le démontre le fait que seulement 1 % des viols sont condamnés chaque année.

La mise en retrait ne dédouane pas le groupe de prendre une décision politique.

Par ailleurs, en tant que salarié·es, nous éprouvons un profond malaise à travailler et côtoyer chaque jour sur notre lieu de travail un homme mis en cause pour des violences sexistes et sexuelles par plusieurs femmes. À cet égard, l’article L. 4121-1 du code du travail rappelle que l’employeur doit prendre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des salarié·es.

Julien Bayou a décidé de sa propre mise en retrait pour assurer sa stratégie de défense jusqu’à la fin de la procédure judiciaire. Ceci ne constitue en aucun cas une sanction, elle ne dédouane pas le groupe de prendre une décision politique.

Aussi, nous appelons le groupe Écologiste à prendre une mesure d’exclusion du groupe à l’encontre de Julien Bayou.

À date, le silence du groupe Écologiste n’offre pas le cadre nécessaire pour que nous, signataires de ce courrier, puissions porter publiquement notre voix. Par peur des pressions, des représailles et de l’impact que cela peut avoir sur notre capacité à exercer sereinement notre travail, nous choisissons l’anonymat.

Recevez Politis chez vous chaque semaine !
Abonnez-vous
Publié dans
Tribunes

Des contributions pour alimenter le débat, au sein de la gauche ou plus largement, et pour donner de l’écho à des mobilisations. Ces textes ne reflètent pas nécessairement la position de la rédaction.

Temps de lecture : 2 minutes
Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Non à la mise en péril du processus de décolonisation en Nouvelle-Calédonie 
Appel 12 avril 2024

Non à la mise en péril du processus de décolonisation en Nouvelle-Calédonie 

TRIBUNE. La politique du coup de force, irrespectueuse des droits légitimes du peuple Kanak, conduite par le gouvernement ne peut mener qu’à un immense gâchis, s’alarment dans cet appel 56 personnalités.
Par Collectif
3 000 vaches pour 1 200 habitants : un projet absurde, à l’image de la politique agricole
Tribune 11 avril 2024

3 000 vaches pour 1 200 habitants : un projet absurde, à l’image de la politique agricole

TRIBUNE. Radicalement opposés à cette ferme-usine, Victor Pailhac, Azelma Sigaux et Fiona Vanston, coordinateurs nationaux de la Révolution écologique pour le vivant (REV), estiment que son abandon devra initier la révolution végétale et éthique qui s’impose à notre humanité.
Par Victor Pailhac
Interdire les « polluants éternels » : après la France, l’Europe !
Tribune 10 avril 2024

Interdire les « polluants éternels » : après la France, l’Europe !

TRIBUNE. L’Assemblée nationale a adopté une proposition de loi vers l’interdiction des PFAS, polluants éternels omniprésents dans la vie quotidienne. Trois élus écologistes, dont Marie Toussaint, appellent à son adoption au Sénat le 30 mai prochain et à une application du principe en Europe.
Par Anne Souyris
« Le service civique, ce n’est pas tout beau, tout rose »
Tribune 9 avril 2024

« Le service civique, ce n’est pas tout beau, tout rose »

Le risque est d’en présenter des contours parfaits, et ainsi, d’en affaiblir la portée, estiment deux sénatrices du groupe Écologiste – Solidarité et Territoires et les co-secrétaires nationales des Jeunes Écologistes.
Par Mathilde Ollivier