Européennes : à gauche, deux salles, deux ambiances

Et revoilà le vieux refrain des gauches irréconciliables. D’un côté, un candidat de compromis qui réactive le logiciel social-démocrate. De l’autre, la rupture brandie comme moteur de la gauche. Les vieux réflexes hégémoniques menacent une possible réconciliation après les élections.

Lucas Sarafian  • 17 avril 2024
Partager :
Européennes : à gauche, deux salles, deux ambiances
Raphaël Glucksmann, à Bordeaux, le 20 janvier 2024.
© Philippe LOPEZ / AFP

Les uns souhaitent s’appuyer sur les scores des européennes pour justifier un rééquilibrage des forces. Les autres accusent les premiers de remettre en question le niveau de radicalité de l’union. Pourtant, la promesse était belle. En partant divisées aux européennes, les familles de gauche allaient mener campagne sans s’invectiver, renforcer leurs électorats respectifs et faire élire plus d’eurodéputés.

Les tenants de cette stratégie expliquaient calmement qu’au lendemain du scrutin tout le monde se retrouverait pour construire les fondations d’un rassemblement renforcé, écrire un programme commun, réfléchir au mode de désignation du candidat qui se présenterait sous les couleurs de la gauche unie en 2027. La promesse était belle… mais elle s’est écroulée face à la réalité.

Sur le même sujet : Européennes : la longue marche des gauches

Fin mars, devant l’Association des journalistes parlementaires, le sénateur écologiste Yannick Jadot déclarait : « Si nous voulons nous donner une perspective de victoire en 2027, ça doit se faire sur un projet beaucoup plus équilibré […]. Et, de fait, ça ne peut pas être le programme de la Nupes, qui était très largement le programme insoumis de la présidentielle. » Deux jours plus tard sur Franceinfo, la tête de liste du Parti socialiste, Raphaël Glucksmann, affirmait : « Il faudra une union de la gauche après ces élections, mais ça ne sera pas sur la ligne de Jean-Luc Mélenchon. Et ces élections doivent permettre de trancher. »

Glucksmann fait figure de candidat d’une gauche de compromis contre une gauche qui revendique la conflictualité.

Les appareils politiques sont accros aux sondages. Et les socialistes se réjouissent du score potentiel de leur tête de liste, loin derrière Jordan Bardella (Rassemblement national) et à quelques points derrière Valérie Hayer (Renaissance) mais devant tous les autres candidats de gauche. Peut-être perçoivent-ils dans ces enquêtes d’opinion l’opportunité d’un rééquilibrage dans une Nupes 2.0 ? Certains y voient surtout l’occasion d’abaisser le niveau de radicalité de leur propre formation. En cela, Glucksmann fait figure de candidat d’une gauche de compromis contre une gauche qui revendique la conflictualité, portée par Manon Aubry, tête de liste de La France insoumise.

Sur le même sujet : À Villepinte, l’insoumise Manon Aubry veut « déjouer le duel entre les macronistes et l’extrême droite »

François Hollande va même plus loin. Le 14 avril, sur France 3, l’ancien président rêve de réactiver le logiciel social-démocrate après ces européennes : « Si la liste de Raphaël Glucksmann arrivait à être à 12 ou 13 %, ce serait une victoire car ce serait la première formation à gauche. À ce moment-là, une recomposition est possible. » En réponse, les insoumis estiment qu’il n’est pas question de tirer un trait sur les 22 % obtenus par Jean-Luc Mélenchon en 2022.

Dans une note de blog publiée début avril, Manon Aubry considère que « prétendre repartir sur les bases d’une social-démocratie éculée, même repeinte aux couleurs de l’écologie, c’est ignorer les appels à une transformation radicale que les élections de 2022 ont rendus évidents ». En clair, un réflexe hégémonique en réponse à un autre.

Voilà donc le retour du vieux refrain des deux gauches irréconciliables, triste thèse énoncée par Manuel Valls en 2016.

Voilà donc le retour du vieux refrain des deux gauches irréconciliables, cette triste thèse énoncée par Manuel Valls en 2016, pourtant contredite au moins une fois par la naissance de la Nupes, deal électoral mais aussi accord programmatique. Certes, tout n’a pas été réglé en 13 jours et 13 nuits : des désaccords profonds existent encore, notamment sur les questions internationales – qu’il s’agisse de la guerre de la Russie contre l’Ukraine ou des conflits au Moyen-Orient.

Sur le même sujet : Avec la VIe République, les unionistes veulent maintenir ce qu’il reste de la Nupes

De là à justifier une rupture définitive… Ceux qui exploitent cette campagne électorale choisissent d’ignorer les désirs des électeurs de gauche qui s’entendent sur l’exigence d’un programme de rupture comme sur l’impératif de l’unité. Ils réduisent dans le même temps à peau de chagrin toute perspective de victoire : aux européennes comme à la prochaine élection présidentielle.

Recevez Politis chez vous chaque semaine !
Abonnez-vous
Publié dans
Parti pris

L’actualité vous fait parfois enrager ? Nous aussi. Ce parti pris de la rédaction délaisse la neutralité journalistique pour le vitriol. Et parfois pour l’éloge et l’espoir. C’est juste plus rare.

Temps de lecture : 3 minutes
Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Violences sexistes et sexuelles : entendons-les !
Parti pris 15 mai 2024

Violences sexistes et sexuelles : entendons-les !

Alors que la question des violences sexistes et sexuelles a resurgi dans le débat public après les prises de parole de Judith Godrèche et l’appel à témoignages qu’elle a lancé, Politis a choisi, dans un numéro spécial, de s’intéresser à la réception de la parole des victimes et notamment de celles qui sont constamment invisibilisées.
Par Hugo Boursier
Mollahs acculés, tactique éculée
Parti pris 30 avril 2024

Mollahs acculés, tactique éculée

Après la révolte populaire de septembre 2022, le régime iranien a d’abord courbé la tête, puis vite repris du poil de la bête, en réprimant férocement ses opposants. Il s’attelle aujourd’hui à restaurer la clé de voûte de son projet de société : s’attaquer à la liberté des femmes.
Par Patrick Piro
L’austérité qui vient
Parti pris 24 avril 2024

L’austérité qui vient

Le débat sur la politique économique du gouvernement s’annonce comme un théâtre d’ombres, avec un Parlement privé de vote. Une situation condamnable quand on sait ce que Macron a prévu pour ses trois dernières années à la tête du pays.
Par Michel Soudais
Pollueurs éternels
Billet 10 avril 2024

Pollueurs éternels

Une proposition de loi contre les substances chimiques « per- et polyfluoroalkylées » – PFAS – aussi appelé « polluants éternels », a été adoptée à l’unanimité. Elles sont le révélateur de deux mondes qui s’affrontent avec aigreur alors qu’elles devraient être le tournant vers une bifurcation écologique globale.
Par Vanina Delmas