Politis

Abonnez-vous à Politis

Tout Politis +

11 Par mois
  • Votre hebdomadaire et hors-série en version papier et numérique

  • Tous les articles du magazine et des articles inédits de la rédaction

  • Votre hebdo/hors-série en PDF

  • Lecture de l'hebdo/hors-série sur liseuse

Choisir cette offre
Pour toutes informations, contactez notre service Abonnement au 03 80 48 95 36 ou par e-mail à : abonnement@politis.fr

Offre Découverte spéciale élections 23 numéros + 1 HS

49
Offre Découverte spéciale élections 23 numéros + 1 HS
  • 23 numéros + 1 hors-série en version papier et numérique

  • Tous les articles du magazine et des articles inédits de la rédaction

  • Votre hebdo/hors-série en PDF

Je m'abonne

Web illimité

8 Par mois
  • Votre hebdomadaire et hors-série en version numérique

  • Tous les articles du magazine et des articles inédits de la rédaction

Choisir cette offre

Les autres offres

Offre découverte, administrations, offre solidaire, réabonnement…
Choisissez une offre

Soutenez la presse indépendante et découvrez les offres de notre kiosque. A partir de 8€/mois. :

blog /

Publié le 3 septembre 2012

Circulation en vélo: le maire de Cagnes sur Mer gagne d'une (courte) roue la course du parlementaire UMP le plus stupide de France

Un sénateur maire limite la vitesse de déplacement en bicyclette...

Cet élu qui ne considère apparemment pas la bicyclette comme un moyen de transport dans Cagnes sur Mer, mais simplement comme un loisir plaisant, n’a pas entendu parler du coût de l’essence et des pollutions engendrées par les voitures, y compris dans sa ville de 50 00 habitants. Repoussant au delà des bornes communément connues, voire admises, les limites de la bêtise politique manifestée depuis des décennies par la droite, il vient de publier un arrêt municipal limitant à 10 kilomètres à l’heure la vitesse maximale des vélos sur les pistes cyclables. Il parait qu’une vitesse supérieure fait courir des risques aux passants. Même s’ils n’ont rien à faire sur les dites pistes...

Depuis quelques jours les agents de la police municipale sont donc postés le long des espaces réservés au vélo avec des radars spéciaux qui permettront de verbaliser les contrevenants dépassant la vitesse limite. A la clé, une amende de 35 euros qui suppose donc que les cyclistes, ce qui n’a rien de légalement obligatoire, circulent munis de leur carte d’identité pour que soit dressé le procès verbal. Notamment pour les enfants. Y compris ceux se hâtant en tricycle de course (pour)suivis par leur nounou.

Le maire, un certain Louis Nègre qui est également sénateur et, cela ne s’invente pas, Secrétaire de la Commission sénatoriale du développement durable, doit au moins ignorer deux choses : d’abord que les radars, à ce niveau, sont incapables de mesurer une vitesse à un ou deux kilomètres prés et ensuite que 95 % des bicyclettes ne sont pas équipées d’un indicateur de vitesse.

Cet élu de 66 ans, qui ne doit pas se déplacer souvent en vélo, devrait également savoir que si on comprend qu’un obscur parlementaire ait besoin de se faire de la publicité avant la rentrée des classes sénatoriales et que si le ridicule ne tue plus vraiment, il existe quand même un gros risque de passer pour un imbécile rétrograde, même aux yeux de ses collègues qui ne brillent pas tous par leur ouverture d’esprit.

Faut-il rappeler que ce sénateur fut le premier à prendre il y a douze ans un arrêté interdisant aux mineurs de 13 ans de sortir en ville après 23 heures et surtout qu’il est à l’origine de la législation autorisant les policiers municipaux à être équipés de flashballs. Sans doute pour tirer dans les pneus des vélos qui roulent trop vite et refusent d’obtempérer...


Haut de page

Voir aussi

Quelle Europe pour la gauche ?

Politique par

accès libre

 lire   partager

Articles récents