blog /

Publié le 3 septembre 2013
Un Bangladesh sous le feu

Un Bangladesh sous le feu

Construit sur plusieurs années, le reportage d’Abir Abdullah rend compte d’un pays en proie aux incendies. Un fléau qui s’inscrit dans le profit.

Un pompier tente d'éteindre un incendie à l'usine de Kung Keng. Les conditions de travail dangereuses ont provoqué de nombreux accidents. Zone industrielle, 6 août 2005.
Dacca. Avril 2013. L’effondrement d’une usine de textile, à la suite d’un incendie, cause la mort de plus d’un millier d’ouvriers. Parce que ceux-là font nombre et travaillent pour plusieurs marques européennes et américaines, la tragédie tient son retentissement médiatique dans les ressorts de la mondialisation. Où l’on découvre les conditions de travail, les risques encourus, les salaires misérables.

Abir Abdullah n’a sûrement rien découvert en mai dernier. Son reportage, exposé à « Visa pour l’image » en témoigne, réalisé entre le printemps 2005 et février 2013, et titré « Piège mortel ». Un reportage en noir et blanc, calciné. Dominé par le « sauve-qui-peut » des pompiers, des sauveteurs en lutte contre les sinistres, d’origines criminelle ou accidentelle. En bataille contre un feu omniprésent à Dacca, dans les foyers, les bureaux, les usines textiles, les centres commerciaux, différents espaces publics, les basti (les bidonvilles) dérouillant toujours un peu plus.

Une récurrence dramatique non sans hasard, liée à l’absence de réglementation sur les constructions, aux normes de sécurité contournées, à la corruption des élus. Dacca bâtit, se bâtit au moindre coût. Tandis que les services de lutte contre les incendies restent sous-équipés, en mal de formation. Tous les ingrédients nécessaires pour une tragédie toujours recommencée. Une impression qui domine dans les images du photographe, qui pourraient être légendés par le mot « vain ».

Incendie au dépôt du Conseil national des cursus et manuels scolaires. Quatorze  unités de pompiers et deux équipes de l'armée et de la marine tente de  maîtriser le feu, sept heures après son départ, délcaré à 7h15. Tejgaon, Dacca, Bangladesh, 18 octobre 2009.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.