blog /

Publié le 3 février 2015
Syriza : une seconde semaine qui commence aussi fort que la première

Syriza : une seconde semaine qui commence aussi fort que la première

Brève de Yéti

Illustration - Syriza : une seconde semaine qui commence aussi fort que la première

Quiconque veut savoir ce qui se passe en Grèce (et bientôt chez lui !) doit s'abonner à l'excellent site d'Olivier Drot, Okeanews . Il y apprendrait qu'après leur folle première semaine, Alexis Tsipras et les siens, loin de calmer le jeu, en rajoutent une bonne couche selon l'excellent principe que la meilleure défense, c'est l'attaque. Démonstration :

-* le refus de ratifier le TTIP annoncé par Georgios Katrougkalos, ministre adjoint à la réforme administrative ; rappelons que le TTIP est un accord commercial très controversé conclu dans l'ombre entre les États-Unis et la Commission européenne ; rappelons que l'unanimité des pays membres de l'UE est exigée pour qu'une telle mesure entre en application ;

-* la remise en cause des contrats d'armement liant la Grèce aux fabricants allemands et français annoncé par Panos Kammenos, ministre de la Défense ; rappelons que le "plan de sauvetage" imposé par l'UE à la Grèce excluait catégoriquement la remise en cause de ces contrats aussi juteux pour les marchands de canons qu'excessifs en période d'austérité généralisée ;

-* la fin de l’usage des gaz lacrymogènes lors des manifestations décidée par Giannis Panousis, ministre de la protection du citoyen :

« Si on arrive à se servir de gaz lacrymogènes, ça veut dire que les choses en sont à un point extrême où l'autre partie utilise également divers types d'armes, des pavés en marbre ou autre. Alors, oui, on peut considérer la possibilité. Mais, les gaz ne peuvent pas servir à pourchasser des retraités ou des enseignants » (Giannis Panoussis).

Vous avez dit « volonté politique » ?

Au fait, que pense les Grecs de cette entrée en matière pour le moins tonitruante de leurs nouveaux gouvernants. Ils approuvent en majorité1 :

- 56 % des personnes interrogées se déclarent satisfaites du résultat électoral ;
-
70 % font confiance à Alexis Tsipras comme Premier ministre ;
- 60 % approuvent la nomination de Yanis Varoufakis comme ministre des Finances ;
-
56% se déclarent favorables à la collaboration entre Syriza et les Grecs Indépendants (ANEL) et 51 % approuvent la nomination de Georges Kammenos (ANEL) au ministère de la Défense.


  1. Les résultats publiés ci-dessus proviennent de deux sondages, l'un mené par Metron Analysis pour le journal Parapolitika, l'autre réalisé par Public Issue pour le journal Aygi. 


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.