blog /

Publié le 26 mars 2015
D’un mal sort un bien…

D’un mal sort un bien…

Fin novembre, notre établissement apprenait son déclassement de l’enseignement prioritaire. Les événements de Charlie Hebdo , début janvier, entraînèrent une secousse terrible dans notre établissement. De ces deux malheurs résulte une prise de conscience.

La succession de deux événements, de nature et de gravité bien différente, nous offre aujourd’hui cette collaboration entre Politis et le Petit Corot, journal du collège Camille-Corot, à Chelles. Fin novembre, notre établissement, situé dans le quartier populaire des Coudreaux, à cheval sur les départements de Seine-et-Marne et de Seine-Saint-Denis, apprenait son déclassement de l’enseignement prioritaire. Une lutte vaine de trois semaines englobant professeurs et parents d’élèves eut lieu pour garder ce label pour un collège réputé difficile mais très dynamique. Une lutte contre une ghettoïsation annoncée d’un établissement où environ 50 % des élèves sont issus de classes sociales défavorisées. C’est ainsi qu’une journaliste de Politis mit en avant notre combat dans un bel article : « Zappe pas ma ZEP ! ». Une rencontre sans laquelle cette collaboration n’existerait pas.

Ce fut l’occasion pour la journaliste de découvrir notre journal scolaire, le Petit Corot, auréolé à deux reprises du titre de meilleur journal de l’académie de Créteil, en 2011 et en 2014. Une réussite permise par des conditions de travail optimales, des heures en plus pour encadrer les élèves, mais aussi un financement pour l’imprimer, l’un des avantages obtenus par la ZEP. L’idée d’une collaboration germa logiquement lors de cette rencontre. Les événements dramatiques de Charlie Hebdo et de l’Hyper Cacher, début janvier, entraînèrent une secousse terrible dans le pays et dans notre établissement sensible, avec de nombreux élèves refusant avec véhémence la réalité des faits. Évidemment, la solution toute trouvée fut de sortir une édition spéciale de notre journal, pour en faire une sorte de livret pédagogique afin de comprendre le sens de ces événements et de mettre en valeur le vivre-ensemble menacé par ces attentats. Vingt-quatre apprentis journalistes, réunis pendant une journée, réalisèrent un numéro très esthétique grâce à un ancien élève étudiant aux Beaux-Arts. Une expérience formidable pour nous tous. Journal envoyé à Politis, forcément. « Un optimiste voit l’opportunité dans chaque difficulté », disait Churchill.

De ces deux malheurs résulte une prise de conscience identique : l’importance de l’école pour relever les défis du XXIe siècle. La mobilisation de tout un quartier pour ses écoles fut remarquable malgré l’échec, la prise de conscience nationale encore plus. Les médias n’ont jamais autant ouvert leurs portes aux élèves, et Politis nous offre une collaboration unique en son genre, ce dont je le remercie. À travers ces articles, nous vous proposons d’entrer dans l’univers et dans les réflexions d’adolescents d’un collège cosmopolite, comptant quarante et une origines, dont la Tchétchénie, un pays oublié…

Jean-Riad Kechaou , rédacteur en chef du Petit Corot


Photo : Michael Bunel / NurPhoto / AFP

Haut de page

Voir aussi

Articles récents