Politis

Abonnez-vous à Politis

Tout Politis +

11 Par mois
  • Votre hebdomadaire et hors-série en version papier et numérique

  • Tous les articles du magazine et des articles inédits de la rédaction

  • Votre hebdo/hors-série en PDF

  • Lecture de l'hebdo/hors-série sur liseuse

Choisir cette offre
Pour toutes informations, contactez notre service Abonnement au 03 80 48 95 36 ou par e-mail à : abonnement@politis.fr

Offre Découverte spéciale élections 23 numéros + 1 HS

49
Offre Découverte spéciale élections 23 numéros + 1 HS
  • 23 numéros + 1 hors-série en version papier et numérique

  • Tous les articles du magazine et des articles inédits de la rédaction

  • Votre hebdo/hors-série en PDF

Je m'abonne

Web illimité

8 Par mois
  • Votre hebdomadaire et hors-série en version numérique

  • Tous les articles du magazine et des articles inédits de la rédaction

Choisir cette offre

Les autres offres

Offre découverte, administrations, offre solidaire, réabonnement…
Choisissez une offre

Soutenez la presse indépendante et découvrez les offres de notre kiosque. A partir de 8€/mois. :

blog /

Publié le 9 novembre 2015
Les États-Unis en voie de tiers-mondisation

Les États-Unis en voie de tiers-mondisation

Les chiffres sont tombés le 6 novembre, miraculeux : un taux de chômage US inespéré tombé à 5 %, le seuil résiduel considéré comme celui d'un pays revenu au plein-emploi. Sauf que tout est faux.

47 millions d'Américains en-dessous du seuil de pauvreté (+24 % depuis 2007)

Tout est archi-faux et il suffit de se plonger dans les données publiées par des organismes officiels comme le Bureau of Labor Statistics (BLS) ou le Census Bureau pour s'en convaincre.

Seulement voilà, en cette période d'effondrement du vieil empire, le maquillage est préféré à la triste réalité et rares sont ceux qui osent regarder cette dernière en face. Paul Craig Roberts, économiste, journaliste, sous-secrétaire du Trésor dans l'administration Reagan, est de ceux-là. Pour Paul Craig Roberts, le chômage américain est aujourd'hui bien plus près des 23% que des 5% et ne cesse de s'aggraver.

Les nouveaux emplois monopolisés par les plus de 55 ans

Aujourd'hui, selon le BLS, 94 millions d'Américains (29 % de la population US) sont exclus du marché du travail (donc des statistiques des demandeurs d'emplois). Parallèlement, le pourcentage de la population considérée comme active est redescendu à son niveau d'il y a 37 ans, à 62,4 % d'une population totale alors que celle-ci ne cesse d'augmenter.

Illustration - Les États-Unis en voie de tiers-mondisation

Simple effet du vieillissement de la population ? Eh bien, non :

-* en octobre, la grand majorité des nouveaux postes recensés (378 000 sur un total de 449 000) a été occupée par la tranche d'âge des plus de 55 ans ;

-* ce même mois d'octobre, la tranche des 24-55 ans perdait 35 000 postes !

Illustration - Les États-Unis en voie de tiers-mondisation

Une tendance malsaine qui se vérifie sur le long terme : depuis 2007, les 55-69 ans ans ont gagné 7,5 millions d'emplois en total cumulé, tandis que les 24-55 ans en perdaient 4,6 millions .

Emplois sous-qualifiés, précarisés (aux États-Unis, il suffit d'avoir travaillé une heure dans le mois pour ne plus être considéré comme chômeur), pensions de retraite faméliques obligeant les plus vieux à trouver des jobs pour boucler les fins de mois, tous les symptômes d'une cruelle décomposition sociale.

Les empires finissants pourrissent de l'intérieur

Mais il n'y a pas que ces constats sur l'emploi qui illustrent la « tiers-mondisation » galopante des États-Unis (l'expression est de Paul Craig Roberts). Le Census Bureau et autres instituts très sérieux en attestent :

-* Sur le long ou moyen terme, tous les ménages américains, classés par tranche de revenus, ont vu leurs revenus baisser . Dans des proportions d'autant plus importantes que la tranche de revenus était basse : - 20% depuis 1999 pour les plus pauvres. Seuls, les 1 % du haut du panier ont vu leur revenus croître (et tout particulièrement les 0,1% de fripouilles super-privilégiées).

-* Corrigé des vrais chiffres de l'inflation comme ceux fournis par le site Shadowstats.com, le revenu réel médian annuel 1 des Américains a régressé à son niveau de la fin des années 60 .

-* 46,7 millions d'Américains (15 % de la population) vivent de bons alimentaires (foodstamps) , malgré de draconiennes restrictions dans leur distribution pour raisons budgétaires, ce qui obligent les plus nécessiteux à faire la queue dès six heures et demi du matin pour être sûrs d'en obtenir. Plus grave, un enfant américain sur cinq dépend désormais de ces bons pour se nourrir. (Source : The Economic Collapse.)

-* Plus surprenant et plus spectaculaire encore, selon l’US Energy Information Administration (EIA), aux États-Unis le volume des ventes d’essence au détail (celle consommée par des citoyens ordinaires comme vous et moi) a chuté de plus de 55 % depuis de la début de la crise , passant de 58,8 millions de gallons par jour en juillet 2007 à 26,3 millions de gallons par jour en juillet 2015. Une paille !

L'Histoire nous montre que les empires finissants succombent rarement par la force, écrit un certain Jeff Nielson sur le site SprottMoney. Bien au contraire, la force brutale est souvent la seule chose qui leur reste à leur crépuscule. Non, les empires à bout de souffle s'effondrent par lent pourrissement de l'intérieur. L'analyse qui précède en est le plus cuisant et impitoyable constat.


  1. Revenu médian : revenu tel que la moitié des salariés de la population gagne moins et l'autre moitié gagne plus. 


Photo : AFP/Karen Bleier

Haut de page

Voir aussi

Quelle Europe pour la gauche ?

Politique par

accès libre

 lire   partager

Articles récents