Ségolène et le Crif

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Elle avait fait savoir qu'elle ne se rendrait pas au traditionnel dîner du Crif, où le parti socialiste serait représenté par François Hollande. Pour désamorcer toute polémique, elle avait même reçu quelques jours auparavant le très droitier président du Conseil représentatif des institutions juives de France, Roger Cukierman. Mais elle a fini par céder à une partie de son entourage : Ségolène Royal était bien présente mardi 23 au soir dans les salons du pavillon d'Armenonville. La candidate socialiste a décidément du mal à tenir un certain cap quand il s'agit d'Israël et du Proche-Orient. Du coup, elle sera même présente le 13 février à un meeting (qui s'annonce très « va-t-en guerre ») du Crif à propos de l'Iran. À moins qu'une autre partie de son entourage...


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.