Corrections et désordre

Après la correction, la correction. Subtile obscurité de notre belle langue, qui use du même mot pour qualifier la fessée administrée à la gauche, un jour de juin, par un électorat sévère ; et la pommade dont ce même électorat, huit jours après, tartine ses fesses rougies ! Je vous le rappelais jeudi dernier : l'élection est à deux tours et il est arrivé, par le passé, que le deuxième inverse le cours du premier. Mais j'ajoutais (homme de peu de foi...) que ce rappel était fait pour la forme, tant il…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.