L’âge ne fait pas la rénovation

Défait, le parti socialiste se cherche de nouvelles têtes pour un avenir à repenser. Mais l’ascension de quelques quadras, dont l’avenir semblait bouché, n’est pas forcément gage de renouvellement.

Le bestiaire socialiste s'enrichit. Après les éléphants, dont le règne aurait été contesté par une gazelle, l'heure serait aux « jeunes lions rugissants » ­ l'autoportrait est d'Arnaud Montebourg ­ plus gourmands de pachydermes que d'antilopes. Ceux-là doivent d'ailleurs se retrouver ce vendredi 20 juillet à Évry, autour de Manuel Valls, pour lancer sans attendre « une transformation profonde du parti » . Mais ce groupe de quadras formé par des élus déjà installés, comme les députés Gaëtan Gorce, Christian…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.