Sauver les bastions

Le PCF, qui paraît davantage menacé par le PS que
par la droite, joue le maintien de son influence.
Au prix de quelques accommodements.

Si, pour chaque formation politique, l'enjeu des élections du 9 et du 16 mars consiste à préserver ses positions et à tenter d'en conquérir de nouvelles, l'objectif du PCF est principalement défensif. Aux municipales comme aux cantonales, le parti de Marie-George Buffet joue cette fois encore le maintien de son influence. Depuis trente ans, celle-ci est en recul. Et ce recul semble bien difficile à enrayer. Selon le PCF, qui revendique près de 13 000 élus locaux, 806 villes sont gérées par des maires…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.