De la méfiance

Jacques Brel, dans sa « Fanette » ( « Nous étions deux amis et Fanette m'aimait... » ), nous le chantait déjà : « On ne nous apprend pas à se méfier de tout. » On nous apprenait plutôt le contraire, dans nos écoles frottées de bons sentiments et de morale (laïque ou religieuse, elles sortent, au fond, du même tonneau) : à prêter l'oreille, faire crédit, tendre la main. Des morales de la générosité, de l'altruisme. Avec cette idée sous-jacente qu' « un bienfait n'est jamais perdu ». C'est l'école de la vie…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.