Ici

Les cellules de Dati Inscrit dans la loi française depuis 1875, le principe de l’encellulement individuel des prévenus n’a jamais été appliqué. Partant sans doute du principe qu’un droit s’use quand on ne s’en sert pas, Rachida Dati a tout bonnement éradiqué ce principe de son projet de loi pénitentiaire, présenté en Conseil des ministres fin juillet. Pourquoi s’embarrasser de ces broutilles ? Surtout quand le nombre des détenus ne cesse de croître. Rachida Dati prétend même, sans le démontrer bien sûr,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.