Vu !

Cadré serré sur l’écran des JT, Nicolas Sarkozy a l’air grave. Il parle lentement et ponctue ses phrases de silence : « Jamais à un tel point je n’ai mesuré ce que peut être la solitude d’un chef de l’État face aux décisions qu’il doit assumer. J’ai pris mes responsabilités. J’en mesure la gravité. » Mais pas question de quitter l’Afghanistan, explique-t-il. On s’en doutait. Bien des téléspectateurs auront toutefois été médusés de constater que, ce 21 août, même face aux dix cercueils des soldats français…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.