Caméra aimante

Avec « D’un mur l’autre », à l’opposé des clichés, Patric Jean propose un regard optimiste sur l’immigration.

De Berlin à Ceuta, frontière sud de l’Europe, enclave espagnole au Maroc. Un mur est tombé, une clôture se construit. En voix off, le réalisateur donne le ton : « L’Europe se rêvait blanche et pure. Mais ni les murs, ni les drapeaux, ni les clôtures, ni les frontières ne parviendront plus à nous séparer. Le monde entier vient chez nous. Telle est notre richesse. » C’est cette victoire que Patric Jean célèbre joyeusement, le long d’un road-movie personnel qui s’entame en Allemagne, se pose en Belgique,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Tirs de la BAC à Stains : la version policière démontée par une reconstitution en 3D

Sur le vif accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.