Pierre Daix, entre aveuglement et lucidité

Pierre Daix revient sur son engagement communiste dans
la Résistance. Mais, devenu farouchement anticommuniste,
il se laisse aller à de fâcheux règlements de comptes.

Paru en 2005, Bréviaire pour Mauthausen est sans doute l’un des textes les plus émouvants sur la vie quotidienne dans un camp de concentration nazi. Pierre Daix, étudiant communiste déporté pour faits de résistance, eut en effet une vue d’ensemble de son fonctionnement puisque, grâce à l’organisation communiste clandestine du camp, il intégra, après plusieurs semaines de travail épuisant, les bureaux du camp et, à ce poste, put circuler à peu près partout. Voyage dans l’horreur, ce petit livre décrivait en…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Paul Veyne : « La fascination pour l'Antiquité ne m'a jamais quitté »

Idées accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.