Ségolène entre Zénith et nirvana

L’ex-candidate à la présidentielle a adopté un nouveau style. Mais le discours qui fait de la fraternité son étendard l’est beaucoup moins.

À l’accueil de la presse, la jeune femme qui vérifie les accréditations me demande de « quelle société » je suis. Bienvenue dans un autre monde ! Le « rassemblement de la fraternité » organisé par Ségolène Royal au Zénith est moins une réunion politique qu’une entreprise de spectacle. Au programme : une quinzaine d’artistes, des chansons et des saynètes, entrecoupées de courts-métrages. Et, bien sûr, le discours de celle qui a voulu cette « fête ». Rien n’est laissé au hasard. Enchaînements travaillés,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.