Le nez dans la boue

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Illustration - Le nez dans la boue
Ismoyo/AFP

Le 29 mai 2006, un geyser de boue chaude jaillit au milieu d’une rizière, à l’est de l’île de Java. Il se transforme rapidement en un véritable volcan, Lusi, qui crache environ 100 000 m3 de boue par jour ! Douze villages ont été engloutis, et 30 000 personnes déplacées. Étrange phénomène, que la compagnie de forage Lapindo Brantas attribue à un vague tremblement de terre intervenu le 27 mai à 280 km de la zone. Forcément : elle était occupée à y forer pour trouver du gaz, et la pression injectée dans le puits a pu créer une faille. Bingo : par 55 voix pour, 16 abstentions et 3 contre, un congrès de géologues tenu le 30 octobre en Afrique du Sud a largement attribué la boue à Lapindo Brantas. Les victimes défilaient la semaine dernière devant le palais présidentiel pour réclamer des indemnisations.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.