Splendides frustrations

Carlotta Films publie un nouveau coffret de quatre mélodrames de Douglas Sirk. Aux films splendides et corrosifs correspondent des suppléments stimulants.

Si Rainer Werner Fassbinder a pu revendiquer Douglas Sirk comme un ­maître, c’est parce que ce représentant du classicisme triomphant des années 1950, ce héraut du mélodrame ne s’exprimant parfaitement qu’au sein d’une production hollywoodienne haut de gamme, sentait singulièrement le souffre. Il suffit de voir Dorothy Malone en combinaison dans l a Ronde de l’aube , se mouvoir dans le noir et blanc sensuel du très grand chef opérateur, Russell Metty, pour être saisi par la charge érotique explosive de la…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.