Corps à corps avec la rue

L’anthropologue Pascale Jamoulle analyse le rapport au corps des personnes exclues ou précarisées, dans un quartier de Bruxelles. Un travail remarquable sur nos sociétés violentées par l’individualisme marchand.

« Aux marges urbaines, les sphères de l’intime se fragilisent. » Ainsi commence le nouvel ouvrage de Pascale Jamoulle. C’est donc sous l’angle de la fragilité, du corps, des rapports amoureux ou de la solitude que l’anthropologue belge a choisi de poursuivre son patient travail d’écoute et de recherches au sein des milieux les plus fragilisés, stigmatisés ou précarisés de nos sociétés. Après plusieurs livres sur les mondes de la rue, les consommations de drogues ou, plus récemment, la construction de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.