Pas de respect pour le droit des étrangers

Six associations pourront désormais intervenir dans les centres de rétention. Parmi elles, le Collectif respect, proche de l’UMP. Un choix pervers du ministère de l’Immigration.

Depuis une vingtaine d’années, la Cimade était la seule association habilitée à intervenir dans les centres de rétention administrative (CRA), où sont enfermés les étrangers en situation irrégulière. Chaque année, ce sont près de 35 000 personnes qui transitent dans ces locaux, pour une durée oscillant entre un et trente-deux jours. Dans la défense des droits des étrangers, la Cimade a valeur de contre-pouvoir. À la suite d’un appel d’offres lancé par le ministère de l’Immigration, visant à réformer la…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Boiron : les salariés s’estiment victimes des mauvais choix de l’entreprise

Éco/Social accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents