Pas de manants dans son château

Dans l’Oise, des dizaines de familles vivant dans des mobile homes subissent le harcèlement des vigiles du nouveau propriétaire du terrain, l’homme d’affaires Alain Duménil, qui souhaite les voir partir.

«Les vigiles s’en sont pris à la maison de mon voisin, relate Cyril Perennes, habitant d’un mobile home dans le parc du château d’Alincourt. Ils ont pris des bouteilles et ont aspergé le bungalow en criant : “Sortez de là, on va vous brûler ! Vous avez dix minutes pour sortir parce qu’on va vous brûler !” » Il n’y avait pas d’essence dans les bouteilles, juste de l’eau. Un jeu sordide. Il était 3 h 30 du matin. La paisible commune de Parnes, dans l’Oise, au nord-ouest de Paris, est depuis plusieurs…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Tirs de la BAC à Stains : la version policière démontée par une reconstitution en 3D

Sur le vif accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.