Une xénophobie d’État

« Douce France. Rafles, rétentions, expulsions » montre comment les étrangers sont aujourd’hui désignés dans notre pays comme « ennemis de l’intérieur ».

Lire aussi : Un dispositif officiel de harcèlement Politis : Vous avez dirigé cet ouvrage collectif. Qui sont les auteurs qui y ont participé et quels étaient ses objectifs ? Olivier Le Cour Grandmaison : L’idée de ce projet est née après la mise en place de ce ministère à l’appellation abracadabrantesque, le ministère de « l’Identité nationale, de l’Immigration, de l’Intégration et du Développement solidaire ». Une première dans l’histoire de la République qui est également sans équivalent au niveau…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le crime et le rituel

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.