Réussir Mexico par un sursaut démocratique

Les chefs d’État n’auront pas pu cacher longtemps les lacunes coupables de l’accord de Copenhague, qui ne prévoit pas grand-chose sinon des financements immédiats pour les pays les plus pauvres, mais qui risquent d’être ponctionnés sur l’aide au développement existante – à l’image de la contribution française. Accord qui conduit à un réchauffement de plus de 3,5 °C, totalement inacceptable, élaboré par 28 chefs d’État et de gouvernement seulement, dont les plus puissants de la planète n’ont pas eu le…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.