Pour une coopération des territoires

Les élections régionales confirment l’implantation territoriale de la gauche. Celle-ci contrôle la quasi-totalité des régions, plus de 60 % des départements, les villes et les agglomérations les plus peuplées et les communautés. Un contre-pouvoir territorial est donc possible, mais malheureusement, ici comme ailleurs, le libéralisme impose sa loi, celle de la compétition, qu’elle soit entre territoires ou au sein de chacun, entre les différents échelons institutionnels. Au lieu de mettre en place une…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Depuis 2018, on « revient à l’école de l’ordre, plus verticale »

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.