Conjurer l’apartheid écologique

Parmi les scénarios à hauts risques liés à la crise écologique et sociale, le plus probable n’est pas celui de l’extinction de l’espèce humaine en cas d’emballement monstrueux de la machine climatique. C’est celui que Benjamin Dessus nomme « l’arche de Noé de l’apartheid climatique ». Confrontés à la marée humaine des réfugiés climatiques, des réfugiés de la pénurie d’eau et de terres, des réfugiés de la misère, les plus riches chercheraient, police et forces armées à l’appui, à se préserver un espace…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.