L’eau n’est pas une source de profits

La reconduite du groupe Veolia pour la fourniture d’eau aux 144 communes franciliennes du Sedif ­pourrait provoquer le départ de plusieurs d’entre elles, qui veulent une gestion publique de ce service.

Après deux ans de lutte, Veolia a de nouveau emporté le plus gros contrat européen de distribution d’eau. Son client, le Syndicat des eaux d’Île-de-France (Sedif), fait confiance à l’opérateur industriel depuis 1923. Suez, qui comptait lui arracher quelques morceaux du gâteau, avait jeté l’éponge. « Veolia va encore profiter durant douze ans d’une rente de situation en facturant à nouveau l’eau la plus chère de France ! » , s’exclame Philippe Kaltenbach. Le maire socialiste de Clamart, qui est aussi…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.