Dossier : Que reste-t-il de la culture ouvrière ?

Années de plomb : entre tabou et refoulement

Dans des entretiens publiés en 1994 et enfin traduits en français, Mario Moretti reconnaît avoir abattu Aldo Moro.
L’occasion, pour Enzo Traverso, d’analyser le climat politique de la fin des années 1970 italiennes.
Et de tirer le bilan, aujourd’hui, de cet épisode encore peu analysé par les historiens.

Politis : Avec le recul, quel regard d’historien portez-vous sur ces années de plomb ? Enzo Traverso : J’ai vécu entre Gênes et Milan entre 1977 et 1981, ce qui correspond aux années les plus dures, d’une lourdeur extrême. Cette période apparaît lointaine : un quart de ­siècle s’est écoulé, et le monde a totalement changé ; c’est en même temps une époque qu’on a du mal à inscrire dans une perspective historique. C’est la grande différence avec Mai 68 : on a vu en France il y a deux ans une vague…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.