Éric Woerth (rires) est ton ami

Éric Woerth (rires) a déclaré comme ça, l’autre jour, qu’il resterait « ferme », dans son ambition de [bousiller] réformer pour de bon les retraites. (Et, non, chère madame Bettencourt, cela ne vous concerne pas, chère madame Bettencourt, puisque tout aussi bien, chère madame Bettencourt, vos ressources vous prémunissent contre ces vilenies que nous infligeons au peuple, chère madame Bettencourt, et qui arrondissent la déjà coquette réserve où chaque an nous prélevons de quoi vous reverser votre part de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.