Questions à propos d’un rapt

L’enlèvement de salariés d’Areva renvoie à une pratique de pillage économique directement héritée du colonialisme.

On ne disposait toujours d’aucune information, mardi, sur le sort de cinq Français, un Togolais et un Malgache, employés d’Areva et de la firme du BTP Vinci, enlevés le 16 septembre à Arlit, au nord du Niger, par un groupe armé. On suppose tout au plus qu’ils ont été conduits au Mali. Laissons de côté ici la polémique sur la sécurité de ces salariés de grands groupes français dans une zone réputée dangereuse. Selon les rares témoins, il semble que les hommes en armes aient pu pénétrer dans la zone dite «…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.