« Entre nos mains », de M. Otero : l’énergie du collectif

Réalisatrice du documentaire « Entre nos mains », Mariana Otero raconte son travail avec les salariés d’une entreprise en faillite qu’un projet de coopérative rend plus heureux.

POLITIS : Entre nos mains respecte les règles de la tragédie classique – unité de lieu, de temps et d’action – et celles du film à suspense. Avez-vous eu conscience que l’écriture de ce documentaire ressemblerait à celle d’un polar ? Mariana Otero : Ce que je savais d’emblée, c’est que, sur le chemin qui menait à la création d’une Scop, il y aurait des accidents de parcours. Et donc des moments de tension. De plus, j’avais choisi une entreprise – Starissima – en redressement judiciaire, par conséquent…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.