Loi Besson, loi de répression

Cinquième texte sur le sujet en sept ans, le projet de loi « Immigration, intégration et nationalité » a été adopté à l’Assemblée le 12 octobre. Il va plus loin que les directives européennes dont il s’inspire.

Adopté par 294 voix contre 239, le projet de loi « Immigration, intégration nationalité » défendu par Éric Besson n’a pas fait l’unanimité, même au sein de l’UMP. Il a manqué 47 voix de la majorité au ministre de l’Immigration. Des dizaines d’articles restaient à discuter sur les 107 au programme mais le temps de parole était épuisé. Le projet de loi a été voté le 12 octobre. Il doit maintenant être soumis au Sénat, revenir en deuxième lecture à l’Assemblée, passer devant le Conseil constitutionnel… En…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.