Cuba : une transition pour aller où ?

Lentement mais sûrement, Raul Castro réforme le système, notamment sur le plan économique. Alors qu’un congrès du parti est annoncé pour avril, certains craignent une ouverture au libéralisme le plus sauvage.

Dans la tradition kitsch la plus pure, le premier ­mariage gay cubain a eu lieu il y a deux semaines, dans la ville de Matanzas. C’était l’une des ­réformes annoncées et espérées dans un pays qui a encore en mémoire les années noires de la persécution des homosexuels. Mais, au-delà de cet événement, une série de mesures de réorganisation interne et l’annonce de la suppression de 500 000 ­postes de travailleurs de l’État, considérés ­comme inutiles ou improductifs, a secoué la torpeur de l’île. Ces…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.