Captain Beefheart

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Il s’appelait Don Van Vliet, né à Glendale, en Californie, mais il s’est fait connaître sous le pseudonyme de Captain Beefheart. Il est mort à 69 ans, le 17 décembre, de plusieurs scléroses. Ils sont certainement nombreux ceux qui lisent ces lignes et qui n’avaient jamais rencontré son nom jusque-là. Il est vrai que Captain Beefheart n’a jamais transformé sa musique en succès commercial.

Pourtant, son blues-rock primitif, sauvage et déjanté, accostant sans cesse sur des rivages inconnus pendant plus de quinze ans, de 1965 à 1980 (ensuite, il s’est entièrement consacré à la peinture), a influencé une grande partie de la scène rock jusqu’à aujourd’hui, de Tom Waits (qui lui a emprunté beaucoup) à Beck, en passant par Nick Cave, PJ Harvey, Franz Ferdinand ou encore Devo et les Clash. L’un de ses amis musiciens, novateur comme lui, Franck Zappa, lui permit d’enregistrer l’un de ses disques les plus estomaquants, Trout Mask Replica , sorti en 1969. Pour une excellente introduction à cet univers de déflagrations sonores, nous ne saurions trop recommander l’écoute de l’excellente émission de Michka Assayas, « Subjectif 21 », entièrement consacrée à Captain Beefheart, le 2 janvier, qui est encore en écoute à la carte sur le site de France Musique.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.