Lu, vu, entendu

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


LU

Sur Slate.fr (30 décembre), le journaliste économique Éric Le Boucher assure que le « succès impressionnant » du petit ouvrage de Stéphane Hessel, Indignez-vous !, est dû à une « description caricaturale » de notre société qui va jusqu’à « l’erreur » . C’en est une selon lui d’écrire que « l’écart entre les riches et les pauvres n’a jamais été aussi important » et que « c’est une innovation des XXe et XXIe siècles » . Notre confrère, qui se vantait en octobre 2009 de détester Astérix et d’être pour César, rappelle que « l’écart entre César et un esclave » ou « entre Louis XIV et un paysan de Corrèze » n’était pas moindre. La comparaison est osée mais nous éclaire sur les repères auxquels se réfèrent les chantres du libéralisme pour prétendre que leur modèle est gage de progrès social.

VU

Rares sont les images sur le mouvement social qui s’étend en Tunisie. Le 3 janvier, ce sont les étudiants et les jeunes diplômés chômeurs qui sont entrés dans la contestation à Tunis, à Sfax ou à Sousse, via notamment des appels diffusés sur Facebook. Les avocats se sont mis en grève ce 6 janvier. Ils rejoignent ainsi les syndicalistes du bassin minier de Gafsa et les manifestants de Sidi Bouzid, où deux personnes ont été mortellement blessées par la police le 24 décembre. Quelques images filmées à partir de téléphones circulent sur la toile, unique moyen de contourner le black-out imposé par la dictature tunisienne, comme ce fut le cas lors du mouvement social iranien en 2009. Un journaliste de Radio Kalima a été d’ailleurs passé à tabac par des policiers le 30 décembre. Plusieurs autres ont été arrêtés.

ENTENDU

L’année 2011 n’était pas commencée depuis 35 heures que déjà Manuel Valls entonnait au micro d’Europe 1 une vieille antienne de l’UMP. Le député maire d’Évry, que l’on n’ose plus qualifier de « socialiste », assure qu’il faudra en 2012 « déverrouiller les 35 heures » . Mais si, comme il le prétend, elles « n’existent déjà plus réellement » , pourquoi les déverrouiller ? Et en quoi la durée légale du travail, qui n’est que le seuil de déclenchement des heures supplémentaires, constitue-t-elle un verrou ? En le faisant sauter, Valls compte « permettre aux Français qui ont la chance d’avoir un emploi de travailler davantage en gagnant plus, deux heures, trois heures, sans avoir recours forcément aux heures supplémentaires » . Veut-il que ces travailleurs (merci pour les chômeurs) travaillent plus à l’œil ? C’est à croire, car les heures supplémentaires sont payées 25 % plus chères dès la 36e heure.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.