Représentation : Remaniement orienté au Cese

Le gouvernement prive ATD Quart Monde de son siège au Conseil économique social et environnemental. Et y fait entrer des associations qui inquiètent les défenseurs de l'environnement.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


La restructuration du Conseil économique, social et environnemental (Cese), censé offrir une voix aux acteurs de la société civile, en dit long sur les priorités gouvernementales. La loi du 15 janvier 2021 acte notamment la baisse du nombre de sièges de 233 à 175 au sein de la troisième Chambre de la République. D’où une nouvelle composition, rendue publique par le gouvernement le 25 mars. 

Surprise : l’association ATD Quart Monde, membre depuis 1979 et qui a, par exemple, impulsé la création du RMI, perd le sien. « Ce lundi, le secrétaire général adjoint de l’Élysée m’a indiqué les raisons de cette décision : c’est parce que nous faisons partie du collectif Alerte [une quarantaine d’associations de lutte contre l’exclusion], qui a aussi un siège au Cese », raconte Marie-Aleth Grard, présidente d’ATD Quart Monde, consternée. Le gouvernement estime donc qu’une voix sur 175 pour la grande pauvreté, c’est bien suffisant. Et ce, même si entre 15 et 16 % de la population française vit sous le seuil de pauvreté. « C’est clairement le signe que ce n’est pas la priorité du gouvernement, contrairement à ce que promettait Emmanuel Macron en 2018 », conclut Marie-Aleth Grard.

Un autre pilier est bouleversé par les choix du gouvernement : l’environnement. De nouvelles associations ont été nommées sur des critères inconnus. Or elles « ne représentent pas la “protection de la nature et de l’environnement” et ne sont pas non plus des organismes représentatifs au sein desquels des milliers de citoyens seraient engagés », s’alarment sept associations de défense de l’environnement, dont Les Amis de la Terre et France nature environnement, dans une lettre à Macron. « On y trouve une association de collectivités et d’élus, une association d’entreprises du CAC 40, un think tank d’experts, un institut d’expertise et une fondation à vocation marine dont l’objet est la croissance bleue […] et dont le comité d’administration est composé principalement d’entreprises. » Un nouveau panel dont les orientations sont on ne peut plus claires.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.