Women are heroes

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Quelle idée géniale ! L’artiste de rue JR a eu l’idée de photographier des femmes dans plusieurs pays du monde, surtout dans des quartiers chauds : une favela de Rio de Janeiro au Brésil, un bidonville au Cambodge, un autre bidonville dans les faubourgs de Nairobi, au Kenya… Le jeune et déjà internationalement encensé JR s’est dit que les femmes étaient dominées par les hommes et qu’il fallait faire quelque chose pour elles. Alors il les a photographiées. En leur demandant de grimacer. Sans doute pour faire genre.

Cela donne de grands portraits (ou plus précisément des regards) que l’artiste appose sur les murs de leurs habitations de bric et de broc. Résultat forcément spectaculaire. C’est le principe du travail de JR : monumental et éphémère. Pour en faire un film, il a interrogé les femmes devant une caméra. C’est le seul intérêt de Women are heroes  : le témoignage de ces résistantes au quotidien, dignes et courageuses. Le reste n'est qu'agitation et autopromotion de l’artiste. Images saccadées et utilisation de la musique à l’avenant ne sont pas ce qu’il y a de plus gênant, bien que cette esthétique clip agace rapidement. Pas plus que ce micro-trottoir d’hommes du bidonville de Nairobi, dont un affirme que la prochaine fois il vaudrait mieux faire quelque chose pour les hommes : voilà, c’est dans la boîte, la preuve que ceux-ci sont vraiment odieux !

Non, le pire, c’est le spectacle pour le moins complaisamment filmé de ces populations qui applaudissent les œuvres de monsieur JR, collées pour l’occasion sur les wagons d’un train qui passe. La misère fête le travail de l’artiste, qui bien sûr retourne le message dans son discours : c’est lui qui honore ces femmes. Ben voyons ! JR a-t-il jamais entendu parler de l’éthique du regard ? Qu’en aurait-il à faire, puisque JR, c’est dit partout dans les médias, est un « humaniste »  ?


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.