Expulsé = condamné à mort ?

Alors que la loi sur l’immigration arrive au Sénat les associations remontent au créneau pour défendre le droit au séjour pour raisons médicales.

Arrivée en France en 2001, Gnima Solly, 44 ans, est sénégalaise et diabétique. Sans insuline, sa vie est en danger. « Au Sénégal, les médicaments existent, mais je n’y ai pas accès. Si je ne reste pas en France, c’est la mort assurée » , confie-t-elle. De 2004 à 2006, elle a pu bénéficier de titres de séjour lui permettant d’accéder à la couverture médicale universelle (CMU). Depuis, le renouvellement de ces papiers lui est refusé. Pourtant, en l’état actuel de la loi, elle devrait pouvoir bénéficier du…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.