Gaz de schiste : le débat renvoyé à l'après-2012 ?

Des amendements visant à abroger les permis d'exploitation de gaz de schiste en France seront soutenus par le gouvernement qui ne referme pas le dossier pour autant. Les opposants aux gaz de schiste maintiennent les mobilisations prévues ce week-end.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


François Fillon a annoncé mercredi à l'Assemblée nationale le soutien du gouvernement aux amendements qui abrogent les permis d'exploitation des gaz de schiste en France. « Il n'est pas question de sacrifier notre environnement, mais il n'est pas question, non plus, de fermer la porte à des progrès technologiques qui permettraient demain d'accéder à de nouvelles ressources énergétiques » , a louvoyé le Premier ministre. Dans le même temps, François Fillon annonçait la mise en place d'une mission d'étude scientifique chargée d'enquêter sur les possibilités d'exploiter ces gaz « sans nuisance sur l'environnement » .

L'annulation des permis de prospective, un an après leur signature par Jean-Louis Borloo, est une demi-victoire pour les opposants aux gaz de schiste. Car le gouvernement semble surtout jouer la montre pour dissimuler cet épineux sujet sous le tapis jusqu'à la présidentielle de 2012.

« Les autorisations qui ont été données l'ont été dans des conditions qui ne sont pas satisfaisantes , a jugé François Fillon. Il n'y a pas eu assez de concertation (...), pas assez d'information » . Passé le temps de la présidentielle, le gouvernement pourrait donc revenir sur le dossier avec davantage de « pédagogie ». Total et GDF Suez ont déjà exprimé de franches réserves sur cette annonce en pointant le coût élevé des hydrocarbures pour les Français. Bruno Courme, directeur de Total gas shale europe , la filiale du groupe pétrolier dédiée au gaz de schiste, s'est aussi déclaré « certain de pouvoir proposer une exploitation "propre" des gaz de schiste » .

Au final, la coordination nationale des collectifs opposés aux gaz et à l'huile de schiste maintient sa mobilisation. Plusieurs rassemblements sont prévus ce week-end dans le Sud, l'Est et en région parisienne.

Illustration - Gaz de schiste : le débat renvoyé à l'après-2012 ? François Fillon à l’Assemblée nationale mardi 12 avril 2011.
AFP / Mehdi Fedouach

  • À lire sur Politis.fr :

Le pétrole est mort ? Vive les gaz de schiste !

Christian Jacob (UMP) rejoint les opposants à l’exploitation des gaz de schiste

Gaz de schiste : « Nous lançons un avertissement aux prospecteurs pétroliers »

  • Ailleurs sur le web :

Fillon annule les autorisations d'exploitation des gaz de schiste * ***


Photo : AFP / Eric Feferberg


→ Soutenez le prochain reportage de Politis.fr en Amérique du Nord, à la rencontre des victimes de l'exploitation des gaz de schiste et des militants opposés à cette technique destructrice.

Politis.fr


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.