Dossier : Enquête sur la gauche de droite

Socialistes, qu’ils disaient...

Ce n’est pas un hasard si Manuel Valls, Michel Rocard ou Gérard Collomb soutiennent la candidature de DSK : tous ont fait le choix « décomplexé » du marché, de la concurrence et de l’ordre.

Le Parti socialiste ne connaît qu’un traître : Éric Besson, son secrétaire national à l’économie rallié entre les deux tours de la présidentielle à Nicolas Sarkozy. Bernard Kouchner, Jean-Pierre Jouyet, Jean-Marie Bockel et Fadela Amara, qui, quelques jours plus tard, suivaient le même chemin, n’ont pas subi le même opprobre. Ségolène Royal pouvait évoquer les « socialistes qui sont au gouvernement » sans que nul n’ose lui reprocher de les qualifier ainsi. Rares sont d’ailleurs ceux qui ont cherché à…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.