Le gaz de schiste n’est pas enterré

Poussés par de fortes mobilisations locales, les députés devraient bannir, le 10 mai, les procédés d’extraction néfastes pour l’environnement. Mais les enjeux sont énormes, et les appétits intacts…

Rarement proposition de loi aura été promise à une adoption aussi consensuelle : mardi 10 mai, une large majorité de députés devrait se prononcer pour l’interdiction de l’extraction des gaz et huiles de schiste par la technique de fracturation des roches (hydrofracturation) en raison de son impact potentiel sur l’environnement – énormes prélèvements d’eau, pollution des nappes phréatiques par des adjuvants chimiques, emprise sur les terres, dégradation des paysages, norias de camions… Cette loi, que le…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.