Septimana horribilis

Il faudrait être bien ignorant des choses de la politique pour se risquer à prédire aujourd’hui la défaite de Nicolas Sarkozy en mai prochain. Nous savons trop combien pèse le contexte du moment dans un scrutin présidentiel qui fait de plus en plus la part belle à l’émotion. Mais une chose est certaine : pour la droite, l’affaire est mal emmanchée. Et plus mal encore après l’horrible semaine ( « septimana horribilis » , aurait dit la reine d’Angleterre) qui s’est achevée avec l’élection sénatoriale.…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.