Chevènement candidat : une erreur ?

Le président d’honneur du Mouvement républicain et citoyen a décidé de se présenter à l’élection présidentielle. Pour Jean-Philippe Domecq, il fait preuve d’une fière irresponsabilité. Pour Dominique Rousseau, sa candidature s’inscrit dans la logique de la Ve République.

Jean-Philippe Domecq , romancier et essayiste français. À paraître, sur le même sujet : Cette obscure envie de perdre à gauche, éditions Denoël, 2 février 2012. Alain Juppé eut le mot : « J’ai beaucoup d’admiration pour Jean-Pierre Chevènement ; repartir au combat en sachant qu’on fera, quoi, 3, 4, 5 pour cent, c’est une force d’âme qui mérite le respect »… Et Brice Hortefeux, dans un accès de largesse : « Jean-Pierre Chevènement est un homme de gauche sincère et expérimenté, c’est-à-dire tout le contraire…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.