Sortir de l’UE ou désobéir aux traités ?

À quelles conditions un gouvernement de gauche pourrait-il appliquer son programme dans l’Europe actuelle ? Quelle stratégie devrait-il adopter face à l’UE ? Ce débat, tranché par le PG à son congrès, est ravivé par l’expérience gouvernementale de Syriza.

Je ne partage pas le point de vue exprimé dans le n° 1361 (9 juillet) de Politis, selon lequel « le PG clarifie son rapport à l’UE ». Je considère au contraire qu’il reste dans un flou extrêmement compliqué à faire comprendre à un électorat désorienté, qui ne se retrouve plus dans les arcanes opaques des caucus européens, et qui n’entend que les formules simplistes du FN et les analyses biaisées de la plupart des économistes et des journalistes. Car, plutôt que de privilégier un référendum sur la sortie de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents