Le revenu sans conditions est-il possible ?

Tous deux économistes de gauche, Jean-Marie Harribey et Baptiste Mylondo s’opposent sur la question du revenu d’existence, auquel le premier préfère la réduction du temps de travail et la redistribution.

Thierry Brun  • 11 novembre 2015 abonné·es
Le revenu sans conditions est-il possible ?
Baptiste Mylondo enseigne l’économie et la philosophie politique à l’Institut d’études politiques de Lyon et dans diverses écoles supérieures. Il a publié Non au temps plein subi ! (éditions du Croquant, 2013) et Pour un revenu sans condition (Utopia, 2012). Jean-Marie Harribey est économiste, coprésident de l’association Les économistes atterrés et du conseil scientifique d’Attac France. Il a publié la Richesse, la valeur et l’inestimable (Les Liens qui libèrent, 2013) et Raconte-moi la crise (Le Bord de l’eau, 2009).
© COFFRINI/AFP

Le débat autour du revenu d’existence universel et inconditionnel dépasse les clivages politiques traditionnels à gauche et touche à la question fondamentale de la place du travail dans notre société. Au travers de ce projet commun, qui suscite tant de prospectives et d’expérimentations politiques, c’est l’accès ou non au travail qui constitue une préoccupation majeure. Chacun des membres de notre société a droit à un travail et à un niveau de vie décents, nous rappelle la Déclaration universelle des droits de l’homme, adoptée par les Nations unies. Or, l’actualité donne de saisissantes illustrations de la non-application de ces droits. En France, le taux de chômage bat des records, les emplois précaires sont de plus en plus nombreux et la pauvreté s’accroît. Les analyses montrent aussi que, d’ici à vingt ans, plus de 40 % des métiers seront impactés par le numérique, l’automatisation et la robotisation. Trois millions d’emplois pourraient être détruits d’ici à la fin 2025. Tout cela s’inscrit dans une perspective de crise mondiale du capitalisme, souligne Jean-Marie Harribey, qui estime que la proposition d’un revenu inconditionnel n’est pas viable car le travail est indissociable de la création de valeur. Il n’y aurait pas d’autre solution, pour amorcer les transitions de notre société, que de réduire le temps de travail et les inégalités de revenus, nous dit-il. Au contraire, défend Baptiste Mylondo, le revenu inconditionnel est une belle innovation de gauche dans un monde dirigé par l’idéologie de la croissance, où l’emploi est précaire et mal partagé. Pour lui, le revenu inconditionnel favorise l’éclosion et l’essor des activités non marchandes ou insuffisamment rentables pour être légitimes. Le salaire garanti serait aussi un outil de dépassement du salariat. Il permettrait d’aborder le travail différemment. Chacun pourrait

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Clivages
Temps de lecture : 19 minutes

Pour aller plus loin…

Sortir de l’UE ou désobéir aux traités ?
Élections européennes • 22 juillet 2015 abonné·es

Sortir de l’UE ou désobéir aux traités ?

À quelles conditions un gouvernement de gauche pourrait-il appliquer son programme dans l’Europe actuelle ? Quelle stratégie devrait-il adopter face à l’UE ? Ce débat, tranché par le PG à son congrès, est ravivé par l’expérience gouvernementale de Syriza.
Par Raoul Marc Jennar
Faut-il réformer le collège ?
Éducation • 13 mai 2015 abonné·es

Faut-il réformer le collège ?

Pour Danièle Sallenave, assurer le socle des fondamentaux jusqu’à la 4e est le seul moyen d’éviter la reproduction sociale. Philippe Meirieu, lui, approuve l’accompagnement personnalisé, les enseignements pratiques interdisciplinaires et l’effort pour plus de justice scolaire, contenus dans le projet de réforme de Najat Vallaud-Belkacem.
Par Ingrid Merckx
Pour de nouvelles alliances de classes ?
Clivages • 5 juin 2014 abonné·es

Pour de nouvelles alliances de classes ?

Après le désaveu électoral infligé à la gauche, un débat s’est ouvert au sein d’Attac autour de deux questions. Quelle stratégie pour sortir de la crise et rouvrir les voies du progrès social ? Quelles forces sociales pour porter un tel mouvement ?
Par Olivier Doubre
Pour ou contre une Maison de l’histoire ?
Clivages • 20 octobre 2011 abonné·es

Pour ou contre une Maison de l’histoire ?

Annoncé par Nicolas Sarkozy en 2009, le projet de Maison de l’histoire de France divise les historiens. Pour Éric Deroo, ce sera une précieuse boîte à outils. Pour Arlette Farge, ce lieu est inutile, coûteux et idéologisé.
Par Politis