Des maladies pour la peine

Chiffres pour le moins édifiants : la prévalence du VIH en prison est deux à quatre fois supérieure à celle de la population générale. Celle de l’hépatite C de cinq à huit fois supérieure, dans un milieu que l’on sait à très haut risque en matière de transmission des maladies infectieuses liées aux addictions. Tels sont les résultats d’une étude orchestrée par l’Association nationale de recherches sur le sida, sous la houlette de Laurent Michel, psychiatre addictologue. Seuls 103 établissements sur 171 ont…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.